Bernard Jardin

Bernard Jardin

Gestapiste Normand

Yves Lecouturier

TEXT IN FRENCH

Face au peloton d'exécution qui allait le fusiller le
17 août 1946 à 7 h 05 à Alençon, Bernard Jardin, très
pâle, prononçait d'une voix assez faible ses derniers
mots : « Vive le national socialisme », puis avant que
les balles ne fusent, il ajoutait « Et vive la France
quand même ».
Date Published :
April 2019
Publisher :
Heimdal
Language:
French
Format Available    QuantityPrice
Paperback
ISBN : 9782840485445
Pages : 96
Dimensions : 9 X 6 inches
-
+
Not Yet Published. Available for Pre-Order
$20.00

Overview
-

TEXT IN FRENCH

Face au peloton d’exécution qui allait le fusiller le
17 août 1946 à 7 h 05 à Alençon, Bernard Jardin, très
pâle, prononçait d’une voix assez faible ses derniers
mots : « Vive le national socialisme », puis avant que
les balles ne fusent, il ajoutait « Et vive la France
quand même ». À notre connaissance, Bernard
Jardin demeure le seul auxiliaire de la Sipo-SD en
Normandie à proclamer jusqu’au bout son adhésion
au national-socialisme. Pourquoi ce jeune homme
commis boucher choisit-il délibérément le camp
nazi ? L’appât du gain l’amène d’abord à monter des affaires de marché noir. Repéré par Hildebrandt,
le chef roué et manipulateur de l’antenne ornaise du Sipo-SD, Bernard Jardin devient d’abord agent de
renseignement avant de prendre la responsabilité d’opérations contre la Résistance ornaise ; en quelques
mois, lui et son équipe, portent des coups très durs à celle-ci. D’abord enquêteur, Jardin frappe et torture
ses victimes avant de devenir un assassin.

More from this publisher